fr. Jean-BaptisteFrère Jean-Baptiste de Marie, Mère de Miséricorde Marie a fait sa profession simple le 4 juillet 2015 au couvent d’Avon. Il est actuellement en communauté au couvent de Paris où il commence ses études de philosophie et théologie.

Je suis né en 1989 dans une famille engagée dans le renouveau charismatique (communauté du chemin neuf). J’ai baigné dans ce milieu très « croyant » mais je ne vivais pas vraiment ma foi. J’ai pu constater qu’il est possible de vivre dans un climat familial de foi sans avoir la foi.

Mon déclic a eu lieu en 2007 lors d’une retraite avec la Communauté du Chemin Neuf où j’ai reçu le « baptême dans l’Esprit Saint ». C’est une démarche en lien avec l’esprit de Pentecôte. On prie pour toi en t’imposant les mains et on te pose la question « veux-tu donner ta vie au Christ pour toujours ? ». À partir de ce moment là, tout a changé car j’ai vraiment eu la foi. Je suis retourné à l’Eucharistie et j’ai eu le gout de prier. Mon second déclic a été ma confirmation en 2009 que j’ai vécue comme une indépendance en lien avec l’envoi en mission par l’Esprit Saint. J’ai été poussé par l’Esprit à partir pour vivre mes études supérieures. Cela n’a pas été d’abord un départ de la maison familiale de manière personnelle mais j’ai senti que ma mission désormais était de partir pour prendre en main ma vie. J’ai poursuivi des études en BTS comptabilité de 2009 à 2011.

Dieu, durant ces études supérieures, m’a travaillé et m’a fait tenir malgré les persécutions subies pendant les cours mais j’ai fait confiance à l’Esprit Saint. Cette période a aussi été importante car j’ai découvert, lors d’un pèlerinage à Lourdes en 2010, la prière mariale. J’ai alors été marqué par cette expérience et je me suis mis à chercher un autre lieu de prière que le Chemin Neuf. La manière dont ils vivaient la prière, lors de soirées de louange, ne correspondait pas à ce que j’étais à l’intérieur. A l’époque, j’étais quelqu’un de réservé, timide, plus intérieur. Et cette manière de prier par la louange très exaltée m’agressait dans la prière. J’ai alors cherché un lieu plus en lien avec ce que j’étais et qui était lié à Marie. C’est comme cela que j’ai découvert l’Institut Notre Dame de Vie (NDV), où des personnes qui ont un travail sont consacrées au Seigneur. J’ai pu découvrir, pendant un groupe de prière, l’oraison c’est-à-dire la prière silencieuse. C’est là que j’ai trouvé la paix intérieure et le lieu qui correspondait à ce que j’étais.

J’ai ensuite commencé à travailler dans la gestion comptable à l’Université de Paris XII à Orsay entre novembre 2011 et aout 2012. C’est durant le mois de février que j’ai commencé à me poser la question de la vie consacrée sans forcément penser à la vie religieuse et au Carmel. Toute cette question m’a travaillé pendant de longs mois et du coup j’étais moins présent à mon travail. A Pâques, à Blangy sur Ternoise lors d’une retraite, j’ai découvert alors qu’il existait des Carmes ! Je connaissais le Carmel par Notre Dame de Vie mais je n’avais jamais fait le lien avec les carmes. Tout est allé alors très vite. C’est lors de mon premier séjour à Avon en juillet 2012 que je me suis dit intérieurement : « c’est ici ! ».

Je suis alors entré au postulat le 8 novembre 2012 et au noviciat le 4 avril 2014 avant de faire ma 1ère profession le 4 juillet 2015. Tout ce chemin de conversion m’a montré qu’il est très important de ne pas avoir peur de prendre le temps de discerner sa vocation et le temps porte toujours du fruit. Alors confiance et priez pour moi !

 

> Lire un autre témoignage