À la fin du noviciat, un vote de la communauté éducative détermine si le novice est en mesure de s’engager dans l’Ordre du Carmel. Cela s’appelle faire profession. C’est le Père Provincial qui admet le novice à faire profession avec le consentement de la communauté éducative. Les constitutions précisent :

« La profession temporaire sera émise pour une durée qui ne sera pas inférieure à trois ans, ni supérieure à six ans ».

Ces dispositions canoniques (lois de l’Église et Constitutions), indépendamment de leur nécessité, 14. fr. Nicolas-Joseph du Coeur Immaculéattestent que le frère novice a reçu les éléments fondamentaux à même de l’insérer dans la vie de l’Ordre. Cette décision confirme également que, dans le cadre du noviciat, le frère a reçu effectivement une formation spirituelle suffisante le rendant apte à poursuivre l’aventure carmélitaine durant les années de profession temporaire.

Par cette première profession, le frères s’engage ainsi à vivre les vœux de chasteté, pauvreté et obéissance durant trois ans. Lors de ces premiers vœux, le nouveau religieux reçoit l’habit de l’Ordre, comme signe d’une nouvelle naissance : appel à être un homme nouveau et expression de l’incorporation à l’ordre du Carmel. Il rejoint ensuite le couvent d’études de la Province établi à Paris, rue Jean Ferrandi, situé à proximité des facultés de théologie.

Zoom sur les dernières professions :

Voir aussi :